Une matinée au CFA de Saint-Benoît pour parler d'égalité !

Faible mixité dans certaines filières professionnelles, persistance des écarts de revenus, carrières inégales, manque de parité dans les instances dirigeantes : la lutte contre les inégalités professionnelles est l’un des combats majeurs à mener pour tendre vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.

 

C’est pour parler de cette discrimination professionnelle entre les femmes et les hommes que j’étais le 21 mars dernier au Centre de Formation et d’Apprentissage de Saint Benoît qui organisait alors une semaine de sensibilisation aux discriminations.

 

Après une présentation de mon action en faveur de l’égalité professionnelle et un temps de discussion et d’échanges avec les élèves de différentes filières professionnelles le constat que je partage avec ces jeunes est alarmant :

L’absence de mixité dans le monde professionnel a un coût économique et social inacceptable pour notre société et nous devons absolument développer une culture de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes au travail.

 

Preuve par l’exemple que le choix des métiers dans l’artisanat reste très genré au CFA de Saint Benoit :

- 7.7 % de femmes dans la filière boulangerie

- 89 % de femmes dans la filière coiffure

 

Les jeunes en formation reconnaissent être victimes des représentations genrées acquises dès le plus jeune âge.

 

Bien conscients des enjeux et des combats qui les attendent en matière d’égalité et de lutte contre les discriminations, les élèves ont montré un réel intérêt pour ces questions. Pour leur écoute, leurs questions et leurs propositions je les remercie !

 

Egalité professionnelle femmes-hommes → 5ans d’avancées et de progrès à consolider !

 

Comme parlementaire membre de la délégation aux droits des femmes, je suis fière d’avoir contribué :

 

- Le décret du 12 décembre 2012 grâce auquel les entreprises d’au moins 50 salarié.e.s non couvertes par un accord collectif sur l’égalité professionnelle s’exposent à une pénalité financière pouvant atteindre 1% de la masse salariale.

- La loi du 4 aout 2014 qui a permis la modification et l’amélioration du congé parental

- La loi Rebsamen du 17 aout 2015 qui pose le principe de l’interdiction des agissements sexistes dans le code du travail