Mesures de simplification en élevage : Véronique Massonneau s'inquiète pour l'environnement et pointe les incohérences

 

Le décret du 5 décembre 2016 et l'arrêté du 7 décembre 2016 introduisent un régime d'autorisation simplifiée pour les élevages de bovins compris entre 401 et 800 animaux et les élevages de vaches laitières compris entre 151 et 400 animaux. Ces modifications réglementaires ont pour objet de rehausser les seuils d'autorisation et de supprimer les contrôles périodiques pour les élevages soumis à déclaration.

 

 

 

Véronique Massonneau s'inquiète de cette décision qui vient porter un nouveau coup dur à la protection de notre environnement et à la biodiversité de nos territoires.

 

Elle déclare «  avec cette mesure on sacrifie l'environnement et le petit producteur sous l'autel du profit immédiat et du capitalisme agroalimentaire »,

 

 

 

Elle poursuit « désormais les fermes-usines vont relever du simple régime de déclaration des Installations Classés pour la Protection de l'Environnement (ICPE), alors que les éoliennes relèvent du régime d'autorisation ICPE qui est beaucoup plus lourd et contraignant. ».

 

La députée écologiste s'interroge donc sur la cohérence de ce choix et poursuit : « le message envoyé est très clair : une éolienne a plus d'impact sur l'environnement qu'une ferme-usine : c'est un comble ! »

 

 

 

Véronique Massonneau voit dans cette annonce gouvernementale un nouveau signal d'encouragement pour le développement des fermes-usines qui sont « néfastes sur tous les plans : environnemental, sanitaire, alimentaire, économique et sur l'emploi ».

 

 

 

Elle conclut : « je le dis une nouvelle fois : stop à la schizophrénie, on ne peut pas vouloir à la fois défendre l'agro-écologie, les producteurs locaux, la relocalisation de notre production.. et signer dans le même des décrets qui facilitent l'installation des fermes-usines ».

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0