Tapez IVG dans votre moteur de recherche !

A l’initiative de ma collègue Catherine Coutelle, nous examinions vendredi 1er décembre une proposition de loi visant à l’extension du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse.

 

Ce droit que nous pouvions croire établi est aujourd’hui remis en cause par certains sites internet qui, prenant la forme de pseudo-sites d’information, distillent des messages mensongers et pratiquent une désinformation subtile et déguisée dont le but est de culpabiliser les femmes pour, in fine, les convaincre que l’avortement est toujours la plus mauvaise des solutions et entraînera inévitablement des conséquences tragiques sur leur vie personnelle et amoureuse.

 

Entendons-nous bien : être hostile à l’Ivg est un droit reconnu et protégé par la liberté d’expression. Chacun peut dire son opposition, ses réticences ou ses inquiétudes quant à une pratique qui n’est jamais un choix opéré de gaité de cœur, par aucune femme.

Mais cela devient un scandale lorsque certains lobbies, sous couvert d’information, travestissent leur opposition pour confisquer les choix individuels.

 

Cette loi va permettre de condamner le délit d’entrave numérique à l’IVG. C’est une garantie supplémentaire pour que les messages délivrés sur internet soient honnêtes et de qualité quant à la réalité de l’avortement 

 

Pour la femme de gauche que je suis, c’était une nécessité de réaffirmer mon attachement à la liberté et à la dignité des femmes.