Mise en place du congé de proche aidant : j'interroge la secrétaire d'Etat Pascale Boistard

J’interrogeais mardi, lors de la séance des questions au Gouvernement, Madame Pascale Boistard, Secrétaire d’Etat chargée des personnes âgées et de l’autonomie sur la mise en place du congé de proche aidant.

 

Il s’agit de l’une des avancées permise par la loi dite « adaptation de la société au vieillissement » votée en 2015 et sur laquelle je me suis investie.

 

Cette loi apporte protection sociale et justice à tous ces aidants dont le quotidien reste très souvent méconnu.

 

Cette loi permet de débloquer 78 millions d’euros par an pour venir aider de manière concrète les proches aidants.

 

Cette loi permet la reconnaissance juridique et statutaire du droit à la solidarité pour un proche et ouvre les droits inhérents à ce rôle.

 

Cette loi est aussi celle qui va créer, à compter du 1er janvier 2017, un congé dédié aux aidants. Ce congé a pour objectif de permettre aux proches aidants de concilier leur statut particulier avec leurs activités professionnelles et leur vie de famille. Il s’appliquera de manière très large puisqu’il englobera à la fois les aidants ayant un lien de parenté avec le proche aidé comme ceux n’en n’ayant pas. Il s’appliquera également aux aidants dont le proche a été accueilli dans une structure dédiée.

 

Enfin, ce congé se veut modulable puisque le salarié/aidant pourra le transformer en période d’activité à temps partiel en fractionnant son utilisation.

 

Cette mesure était très attendue par ces milliers de femmes et d’hommes qui demandent des solutions concrètes pour concilier au mieux leur vie personnelle et leur activité d’aidant.

 

En tant que députée de gauche, je suis fière d’avoir participé à la création de cette mesure, essentielle pour que notre société s’adapte aux évolutions démographie de notre population et aux attentes de nos citoyens.