Election présidentielle américaine: ce 9 novembre doit nous engager !

 

A la surprise générale, Donald Trump vient de battre Hillary Clinton dans la course à la Maison blanche et devient ainsi le 45eme Président des Etats-Unis.

 

Véronique Massonneau, députée du Nord Vienne, a souhaité réagir à ce résultat qui selon elle « signe la fin d’un monde et doit nous engager collectivement pour la suite ».

 

« Ce matin je suis inquiète. Inquiète pour les Etats-Unis, inquiète pour le monde et inquiète pour les années qui s’ouvrent à nous ».

La députée du Nord Vienne déclare que « ce que beaucoup pensaient comme inimaginable est arrivé. Après le Brexit il y a quelques mois, la montée des populismes dans de nombreux pays européens et cette élection américaine, nous tombons  dans un vertige généralisé, sans certitude pour nos lendemains ».

La députée déplore qu’un programme présidentiel qui prône une Amérique qui dit « non » à l’immigration, qui s’isole sur le plan international, qui dit « oui » au tout libéral et qui se dit prête à remettre en cause, toute à la fois,  la réforme du système de santé portée par Barack Obama, l’accord de Paris sur le climat et les positions sur le nucléaire iranien puisse voir le jour.

Véronique Massonneau craint que ce résultat ouvre la voie à d’autre pays, et notamment la France, dans la libération de la parole populiste et l’arrivée des extrêmes au pouvoir.

« Il est temps de changer radicalement notre manière de faire de la politique ! L’histoire se réécrit aujourd’hui et les horreurs d’hier sont prêtes à ressurgir : ne soyons ni aveugle ni dupe de ce qui est en train de se tramer ».

La députée poursuit « ce 9 novembre doit nous engager, collectivement et par-delà nos parcours politiques personnels. Ce qui se prépare est bien plus grand que nos carrières individuelles et il est de notre devoir de nous réinventer aujourd’hui pour proposer à nos concitoyens un modèle politique nouveau, loin des individualismes, de la peur de l’autre, de la régression sociale et du tout financier ».

La députée conclut « Cet évènement ne devra pas être oublié demain, balayé par l’actualité médiatique quotidienne. Aujourd’hui je suis une républicaine convaincue de l’urgence à agir et certaine du devoir qui est le nôtre pour les mois à venir ».