Habitat-jeune en loudunais : un projet de développement économique !

Dès 2014, l'Union Régionale pour l'Habitat des Jeunes Poitou-Charentes avait initié une démarche avec l'ADEFA (association départementale pour l'emploi et la formation en agriculture) pour répondre à la demande de logements temporaires pour les saisonniers dans le loudunais. De nombreux acteurs professionnels du territoire avaient en effet identifié des manques, notamment pour les saisonniers de longue durée. À la suite d'un premier rendez-vous avec ces deux structures et pour lequel j'avais convié la sous-préfète de Châtellerault Véronique Schaaf-Lenoir, les services de l'état ont commandé une étude à l'Union Régionale pour l'Habitat des Jeunes Poitou Charentes. Aujourd'hui, alors que les premiers résultats nous sont restitués, nous sommes invités à élargir notre regard.

Au mois de mai dernier, l'URHAJ nous exposait les premières conclusions de l'étude. Pour construire un projet de qualité, il était nécessaire d'avoir les éléments les plus exhaustifs pour caractériser la jeunesse du loudunais et la structuration de l'habitat. Combien de saisonniers, d'apprentis, de stagiaires, de jeunes qui accèdent à leur premier emploi  ? Où résident-ils et pour quelle durée  ? Dans quels secteurs économiques sont-ils actifs  ? Quels dispositifs sont actuellement prévus pour les accueillir  ? Il était aussi question d'identifier les objectifs. Ce projet s'inscrit ainsi dans une stratégie d'emploi et de développement économique. En effet, si la problématique d'origine concernait les saisonniers, l'étude démontre que les stagiaires et les apprentis sont également à la recherche de logements temporaires. Par ailleurs, ces derniers maintiennent souvent leur implantation sur le territoire après la fin de leur apprentissage. Faciliter leur installation, c'est lutter contre la désertification rurale, pérenniser l'activité artisanale et industrielle du Nord-Vienne. Notre but c'est bien de rendre le territoire plus attractif et de favoriser le maintien des jeunes actifs.

 

Ce processus nous a amenés à visiter le 30 septembre dernier, avec l'ensemble des acteurs du territoire, la résidence Habitat-jeune de Parthenay et la microrésidence de Thénezay. À chaque territoire ses caractéristiques propres et l'association «Un toit en Gâtine» développe depuis 30 ans une réponse spécifique et parfaitement adaptée  : un territoire bien maillé de résidences et microrésidences, une animation culturelle et sociale. Ce que nous en retenons, c'est une méthode et un modèle, certes qui ne peuvent être transposables, mais qui doivent être une source de réflexion  ; c'est aussi une ambition  : reproduire un tel succès  !

 

C'est par la mobilisation de l'ensemble des acteurs que nous pourrons construire un beau projet. À l'étape de la réflexion, des pistes intéressantes se dessinent et j'ose croire que nous aboutirons  !