Agriculture biologique : j'interroge le ministre sur le financement des structures d'accompagnement technique

A la demande du groupe écologiste, un séance de questions au ministre de l'agriculture a été organisée mardi dernier sur l'agriculture biologique. J'ai interrogé M. Le Foll sur les moyens mis à disposition des structures d'accompagnement technique.

 

En effet, avec la crise de l'élevage, nombre d'agriculteurs conventionnels se tournent vers l'agriculture biologique. Dans la Vienne, une structure d'accompagnement technique tel que Vienne Agro-bio a ouvert autant de nouveaux dossiers au cours des deux derniers mois qu'elle ne le fait habituellement en un an. Ce fantastique engouement se voit renforcer ces dernières semaines par l'échéance du 15 mai pour le dépôt des dossiers PAC.

 

Aujourd'hui, Françaises et Français se tournent massivement vers la consommation de produit bio. Et cela, à un tel degré que nous sommes forcés d'importer en grande quantité ces aliments. Ainsi, ce sont autant de devises qui partent à l'étranger. Ces nouvelles conversions sont donc une chance pour relocaliser l'agriculture sur nos territoires, une fantastique opportunité économique à saisir  !

 

Cependant, tous ceux qui ont effectué ce passage d'un modèle agricole à un autre sont d'accord pour le dire  : c'est une remise en cause profonde de leurs techniques qui nécessite un accompagnement sur le court et le long terme. C'est en effet la condition pour assurer l'efficience de leurs pratiques d'une part et garantir leurs revenus d'autre part. Paradoxalement, les organisations telles que celle que nous avons déjà évoquée, ainsi que les CIVAM, manquent aujourd'hui cruellement de moyens humains et financiers et les voient même diminuer.

 

Retrouvez mon intervention à la suite de celle de M. Alauzet ci-dessous!

Pour l'intégralité de la séance c'est ici!