Pesticides : l'alerte des médecins - Conférence-débat Jeudi 21 avril, Châtellerault

 

 La France est aujourd’hui la championne des pesticides !

 

  • 1er pays européen utilisateur de pesticides
  • 3ème pays mondial utilisateur de pesticides
  • 100 % des cours d’eau testés sont pollués
  • 50 % des fruits et légumes non bio contiennent des résidus de pesticides
  • 90 % de l’utilisation des pesticides concernent l’agriculture, les 10 % restant concernent les collectivités locales et les jardiniers amateurs.

Ce jeudi 21 avril se tiendra une conférence-débat sur le thème des pesticides. Bravo pour cette initiative qui permet de mettre sur la table un sujet sensible qui nous touche tous et qui mérite d’être débattu pour pouvoir, ensemble, trouver des solutions. 

 

En effet, les chiffres concernant lutilisation des pesticides sont alarmants et nécessitent pleinement la tenue de cette conférence. Outre les dommages environnementaux causés par lutilisation trop fréquente de pesticides, ces derniers posent un réel souci de santé publique. Les pesticides ne sont pas des produits anodins et leur utilisation impacte au quotidien notre santé. Le lien entre expositions aux pesticides et survenue de certaines maladies et aujourdhui clairement établi. 

 

Chacun de nous, professionnels de lagriculture, consommateurs ou jardiniers occasionnels est victime des pesticides. 

Cancers, perturbation du système endocrinien et neurologique, malformations congénitales, problèmes dinfertilité… de nombreux médecins sont les lanceurs dalertes et les acteurs dune lutte nécessaire contre les pesticides. Ce sont ces mêmes médecins qui sont les premiers à évaluer les effets négatifs des pesticides sur notre santé. Le corps médical est aujourdhui rejoint par des personnes malades du fait des pesticides. C’est lensemble de ces paroles que nous devons écouter !

 

Députée écologiste, jai toujours dénoncé, avec mes collègues, lutilisation des pesticides. Depuis 2012, nous avons remporté plusieurs victoires dont je suis fière. 

 

Au 1er janvier 2015, le Ministère de l’Écologie, suite à une proposition de loi de mon collègue Jean-Louis Roumégas, a confirmé linterdiction du bisphénol A sur tous les contenants alimentaires. Cest ici une bataille essentielle contre lun des perturbateurs endocriniens les plus répandus.

 

Dès le 1er janvier 2017, la loi de transition énergétique va permettre la mise en place de lobjectif «  zéro phyto  » dans lensemble des espaces publics. Il sera dès lors interdit pour lÉtat, les collectivités locales et les établissements publics dutiliser des produits phytosanitaires pour lentretien des espaces verts et des forêts.

 

Plus récemment, la loi biodiversité, issue du projet de loi portée par la Secrétaire dÉtat à la Biodiversité Barbara Pompili, va permettre linterdiction des néonicotinoïdes dès 2018. Ces insecticides utilisés dans le secteur agricole sont responsables de problèmes de santé chez lHomme et de la disparition progressive des abeilles. Son éradication était donc essentielle. 

 

Enfin, la proposition de loi de ma collègue parlementaire Brigitte Allain a pour ambition dinclure 20% de produits issus de lagriculture biologique dans les circuits de restauration collective.

 

Lappel signé par plus de 1 500 médecins alertant des conséquences des pesticides sur la santé sinscrit pleinement dans les combats qui sont les miens. Convaincue quun autre type dagriculture, respectueux de lenvironnement et de notre santé à toutes et tous, est possible, je souhaite quensemble nous continuions à nous battre et à réfléchir aux techniques alternatives aux pesticides. 

 

 

Pour lensemble de ces raisons et en tant que députée écologiste, je soutiens la tenue de cette conférence-débat à Châtellerault. Ensemble, trouvons les solutions alternatives et unissons-nous contre lutilisation des pesticides !