Loi santé : une belle loi de justice sociale et de santé publique

Nous venons de voter le projet de loi santé à l'Assemblée nationale en nouvelle lecture par 296 voix contre 243, et 16 abstentions. 

Il s'agit d'une grande avancée en matière de santé publique mais aussi de justice sociale. 

Ce vote intervient par ailleurs un 1er décembre, journée mondiale de lutte contre le sida. Ce projet de loi est un véritable levier dans ce sens, notamment en matière de prévention par l'encouragement au dépistage et le remboursement du traitement préventif. 


Mais ce texte aborde bien d'autres sujets. Le plus médiatisé étant la généralisation du tiers payant, qui existe déjà pour une certaine partie de la population et sera bientôt étendu à tous. Encore aujourd'hui, certains Français, étudiants, jeunes travailleurs ou retraités reportent certaines consultations ou renoncent carrément à se soigner faute de trésorerie pour avancer les frais. Pourtant, nous savons tous qu'une prise en charge médicale en amont est toujours plus efficace et souvent moins coûteuse. Il s'agit donc d'une mesure de bon sens, que je soutiens avec conviction. Je comprends pourtant les réticences des médecins quant à sa mise en oeuvre, la crainte de tâches administratives trop lourdes ou d'un suivi contraignant des remboursements venant de nombreuses organismes différents. Je demeure convaincue qu'il est possible de trouver une mise en oeuvre adaptée et resterai vigilante sur ce point. 


Bien d'autres mesures sont encore à souligner : le droit à l'oubli, le développement de l'ambulatoire, le soutien à la médecine de campagne, le paquet de cigarette neutre, le renforcement des agences régionales de santé, les actions de groupe, l'ouverture du don du sang aux homosexuels, etc. 


Retrouvez l'intégralité de mon intervention dans l'hémicycle.