Fin de vie : le texte revient à l'Assemblée nationale 

La commission des affaires sociales dont je suis membre a examiné en seconde lecture la proposition de loi de Alain Clayes et Jean Leonetti sur la fin de vie. Après avoir moi même défendu une proposition de loi en janvier dernier sur le sujet pour permettre aux Françaises et aux Français de choisir leur propre fin de vie, après avoir tenté de faire évoluer la présente proposition de loi en 1ère lecture en mars dernier, j'ai choisi cette fois de ne pas défendre d'amendement concernant l'euthanasie. Il s'agit pourtant d'un droit que je crois légitime, dès lors que la médecine ne peut apporter ni de réponse thérapeutique à la situation du patient, ni de moyen pour apaiser ses souffrances.

Cependant, nous avons eu de nombreux débats depuis un an, et malgré la mobilisation de nombreux députés et la promesse présidentielle qui avait suscité tant d'espoir pour un très grand nombre de Français, nous ne sommes pas parvenus à obtenir de vraies réponses.

J'ai donc décidé de porter un amendement pour légaliser seulement le suicide assisté, en respectant les recommandations du Conseil Consultatif National d’Éthique. Je crois qu'il s'agit d'un droit qui certes ne serait pas pleinement satisfaisant, mais qui permettrait néanmoins d'apporter une vraie réponse à de nombreuses situations douloureuses et permettrait à notre assemblée de se retrouver au delà des réticences à légaliser l'euthanasie. 

Cet amendement a malheureusement été rejeté par notre commission mais je compte le défendre à nouveau lundi prochain dans l'hémicycle. 

 

Vous pouvez retrouver mon intervention en commission ci dessous.