Réunion de Génération Mouvement-Les Aînés ruraux

Véronique Massonneau a participé le 13 novembre à la réunion de secteur de Génération Mouvement-Les Aînés ruraux du Nord-Vienne. Seule élue présente, elle a suivi la présentation des activités et les débats des responsables d'association présent-e-s, avant de faire une courte intervention.

Lire l'intervention

Lire l'article de la NR

Mesdames et messieurs,

Tout d'abord, je veux vous remercier de m'avoir invitée à vos réunions de secteur, et particulièrement dans le Nord-Vienne, qui est la circonscription où je suis élue.

Je ne pourrai pas assister à celle d'Archigny mardi prochain, car je suis à l'Assemblée nationale au minimum tous les mardis et mercredis, et souvent les lundis et jeudis. Vous voudrez bien, monsieur le président, m'excuser auprès des participants à la réunion de Mardi ? Je vous en remercie d'avance.

Je suis d'autant plus contente d'être parmi vous ce matin. Je rends hommage à votre engagement associatif. Cet engagement est primordial pour nos territoires, pour nos communes et pour vous tous. Les associations, les clubs sont un irremplaçable lien social. Vous êtes l'animation et le vivre ensemble de vos communes et de vos cantons.

Et la nouvelle appellation de votre Fédération, « Générations Mouvement » est tout un symbole. Même si j'aime beaucoup, personnellement, le terme « d'aînés » qui exprime bien toute la richesse, toute l'expérience et la sagesse que vous pouvez transmettre aux générations montantes, votre nouveau nom évoque tout le dynamisme des seniors du 21ème siècle !

Les retraités, les « seniors », le 3ème âge aujourd'hui n'est pas ce qu'il était pour la génération précédente. Si on a la chance d'être en bonne santé, ce n'est plus l'âge de la vieillesse, c'est même souvent l'âge d'une nouvelle jeunesse, d'une nouvelle vie que l'on n'a pas eu l'occasion ni le temps d'avoir avant. Avec des occupations enrichissantes pour soi et pour les autres, avec des découvertes et surtout avec ce qui est le vrai luxe : le temps de faire des choses...

Vous savez que vos générations sont en mouvement et vous le revendiquez.

De mon côté, en tant que députée membre de la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale, je travaille sur de nombreux projets de loi qui vous concernent.

J'ai voulu fonder mon action de députée sur trois piliers : la rencontre, le dialogue et la décision. C'est pourquoi je m'efforce d'aller à la rencontre d'un maximum de gens sur le territoire. Je réalise également de nombreuses auditions, formelles ou informelles, au sein du groupe écologiste et de la commission des affaires sociales, pour tous les projets de loi que je suis chargée d'examiner.

Et je me pose TOUJOURS cette question : qu'est-ce que nos décisions à l'Assemblée va changer dans la vie des personnes ?

Vous savez, je ne suis pas une « professionnelle » de la politique. Je suis d'origine modeste et avant mon élection en 2012, je travaillais et j'avais les même préoccupations que tous les citoyens. Alors je tiens à bien garder les pieds sur terre et à agir pour être utile à mon pays et aux citoyens en continuant à avoir bien en tête leurs préoccupations quotidiennes, mais aussi en anticipant les besoins et les préoccupations de demain.

C'est dans cet état d'esprit que j'ai travaillé sur la loi d'adaptation de la société au vieillissement et que j'aborderai bientôt la loi santé.

Je trouve primordial que, pour la première fois, une approche globale du vieillissement ait fait l'objet d'une loi. Cela marque une évolution de la conception de la vieillesse, qui était jusqu'alors abordée ponctuellement sous l’angle de la dépendance, de la pauvreté et du problème de son financement.

Je pense aussi que tout ce qui profite aux aînés dans cette loi, profitera aussi à toute la société. De la même façon que je défends l'idée que, par exemple toute amélioration dans l'accessibilité des bâtiments aux personnes à mobilité réduite, profite également à tous car on est bien content d'avoir une rampe d'accès quand on est jeune parent avec une poussette, personne âgée ou quand, à tout âge, on doit se déplacer avec des béquilles après une opération (je vous parle en connaissance de cause, je viens de passer deux mois à boiter !).

Par exemple, la loi encourage et simplifie de nouvelles formes d'habitat qui peuvent permettre de lutter contre l'isolement, mais aussi de favoriser les liens intergénérationnels, et donc profiter autant aux jeunes qu'aux plus âgés. On a de plus en plus d'expérience de ce genre qui montre que les personnes sont très satisfaites, que cela est économiquement et socialement intéressant.

Il y a également une remise à plat complète des droits et de la protection des personnes âgées, car avant d'être « âgées » nous restons avant tout des « personnes ».

Autre exemple, la loi contient la création d’un volontariat civique sénior : c'est un bénéfice pour toute la société que de reconnaître la valeur de l'engagement et de l'encourager. Il y a tant à faire pour le « bien vivre ensemble » !

Alors, merci de nous donner l'exemple avec vos clubs, vos associations et votre fédération Générations Mouvement !

Avant de vous laisser poursuivre vos débats - car je dois me rendre à l'hôpital pour une visite suite aux petits soucis dont je vous parlais -, je tiens à vous dire que j'espère que cette rencontre ne sera pas sans lendemain. Je suis votre députée et je suis à votre disposition pour discuter de tous les sujets d'intérêt général vous concernant et concernant Générations Mouvement.

Je vous souhaite une bonne fin de réunion et une bonne journée !

Écrire commentaire

Commentaires : 0