Valls 2 : "Ni un oui de confiance, ni un non de défiance, mais une abstention de méfiance"

La députée écologiste de la Vienne, Véronique Massonneau, a choisi de s’abstenir lors du vote de confiance au gouvernement.

"J’ai été élue en 2012 sur un programme : celui de l’actuelle majorité. Aujourd’hui, comme beaucoup de Français qui nous ont élus il y a deux ans, je ne me reconnais plus dans la politique sociale-libérale menée par Manuel Valls. Au regard de nos engagements de 2012, le compte n’y est pas et les Français nous l’ont fait savoir lors des derniers rendez-vous électoraux. Si la rigueur budgétaire est nécessaire, elle ne peut être l’alpha et l’oméga d’une politique de coupe dont les Français font les frais au quotidien.

 

Cependant, nous ne sommes pas encore à la moitié du mandat que les électeurs nous ont confié et je prends mes responsabilités car je me suis engagée en politique pour agir et pas pour me cantonner à la critique. Comme de nombreux de mes collègues parlementaires, j’attends avec impatience que François Hollande donne un nouveau cap à son mandat. Dans cette perspective, il serait irresponsable de claquer définitivement la porte à notre majorité.

 

En conscience, je choisis donc de n’accorder au nouveau gouvernement ni un oui de confiance, ni un non de défiance, mais une abstention de méfiance. Cette position est partagée par l’ensemble de mes collègues du groupe écologiste. Nous avons collectivement choisi de ne pas accorder notre confiance au Premier ministre au cours de cet exercice d’autorité. La confiance des partenaires n’est jamais définitivement acquise mais s’entretient. Et nous saurons l’accorder au gouvernement chaque fois que les promesses du partenariat qui nous lient, socialistes et écologistes, seront mises en œuvre.

De nombreuses occasions vont se présenter à nous. Des textes de lois très importants arrivent dans les prochains mois : la transition énergétique, la loi santé, la loi sur la fin de vie, la loi de finances de la sécurité sociale et, bien sûr, le budget. Il sera alors temps de faire à nouveau le bilan."

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0