Audition de M. Lechevin, président de l'Ademe : comment lutter contre la précarité énergétique ?

 

Le mercredi 11 juin 2014, M. Léchevin, président de l'Ademe, était auditionné par la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale. Véronique Massonneau l'a interrogé sur le rôle de l'Agence dans la lutte contre la précarité énergétique.

lire la suite

Monsieur le président de l’Ademe,

Merci d’être devant cette commission aujourd’hui. Je voulais vous interroger sur la précarité énergétique.

En France, 3 800 000 ménages consacrent plus de 10 % de leurs ressources à régler leurs factures d'énergie. 62% sont propriétaires de leur logement. Ce sont ainsi 2,1 millions de ménages qui sont concernés ; et essentiellement ceux dont les ressources sont les plus modestes. 90 % d'entre eux résident dans des maisons individuelles, majoritairement construites avant les premières normes thermiques de construction mises en place dès 1975.

 

Après l'inscription récente dans la loi d'une définition de la précarité énergétique, la Loi " Grenelle 2" du 12 juillet 2010, le programme national Habiter Mieux a été mise en place dane le but d’instaurer une politique d'envergure consacrée à lutter contre ce phénomène.

 

Habiter mieux est ainsi un programme ambitieux, initié par l'Etat dans le cadre du programme des Investissements d'avenir.

L'objectif consiste à aider, d'ici 2017, des ménages aux ressources modestes et des locataires du parc privé à améliorer leur logement par des travaux de rénovation thermique efficaces, afin de gagner en confort et en qualité de vie. Pour bénéficier des aides du programme, il faut atteindre au minimum 25 % de gain énergétique pour les propriétaires occupants, et 35 % pour les propriétaires bailleurs.

 

Ce programme est donc très intéressant et, selon les différents ministres de l’Ecologie qui se sont succédé ces dernières années, le fonds de financement est suffisamment abondé.

Malgré ces ressources suffisantes, encore beaucoup de travail reste à faire. Cela passe par la capacité des différents acteurs de reconnaître les structures nécessitant une mise aux normes. Mais pour cela, il faut une formation et l’investissement de tous les acteurs : environnementaux, sociaux et en charge des travaux.

 

Aussi, M. Lechevin, comment voyez-vous le rôle de l’Ademe dans cette lutte contre la précarité énergétique ? Comment pensez-vous associer l’Ademe au programme Habiter mieux afin de faire de ce dernier une réussite ?

 

 

Je vous remercie.

Écrire commentaire

Commentaires : 0