La Nouvelle République : Non aux restrictions budgétaires à l'hôpital

Accompagnés d’agents territoriaux, une petite centaine d’agents hospitaliers ont protesté hier contre la dégradation de leurs conditions de travail. Véronique Massonneau les a reçus à sa permanence.

lire la suite

Les syndicats CGT et FO du Groupe hospitalier Nord-Vienne font le même constat que la Coordination nationale infirmière : depuis que l'État a commencé à réduire le budget du centre hospitalier Camille-Guérin, l'année dernière, les conditions de travail des personnels paramédicaux (infirmiers, aides-soignants…) se dégradent. Alors qu'elle avait de son côté organisé une journée de grève le 17 avril dernier, eux ont choisi de le dénoncer hier à l'occasion de la journée d'action nationale des syndicats de la Fonction publique.

 

" Les services sont toujours à flux tendu "

 

« On a raboté les contractuels de remplacement, donc les services sont toujours à flux tendu », déplore Dominique Gougeon, secrétaire général du syndicat CGT, majoritaire au sein du Groupe hospitalier Nord-Vienne. Un « manque de personnel dans les services », qui, selon lui, a de nombreuses conséquences. « C'est un épuisement du personnel, c'est un rappel sur les repos ou les congés, c'est des changements d'horaire au dernier moment… » Et, avec les nouvelles mesures qui se profilent à l'horizon, la situation risque de ne pas s'améliorer pour les agents… « Le pacte de responsabilité, c'est 10 milliards d'euros d'économie sur la protection sociale, dont 5 sur les hôpitaux, peste Dominique Gougeon. Manuel Valls a aussi annoncé le maintien du gel de notre indice, qui est gelé depuis 2010, jusqu'en 2017. Marisol Touraine a également annoncé qu'elle voulait fusionner sur un seul territoire tout ce qui concerne la logistique (les cantines, les buanderies…) et certains secteurs médico-techniques, c'est-à-dire, entre autres, les laboratoires. Pour Châtellerault, ça conduit directement à la fermeture de la buanderie et des cuisines, qui seront au CHU. »

 

Opération escargot

 

En début d'après-midi, une petite centaine d'agents se sont rassemblés devant l'établissement. Rejoints en cours de route par autant de territoriaux, ils ont ensuite fait une opération escargot jusqu'au centre-ville, où une délégation a été reçue par la députée Véronique Massonneau.

La parlementaire écologiste, « solidaire de leur démarche », prévient : « On attend le vote du budget. Si la copie n'est pas acceptable, on sortira de la majorité ! »

 

 

Alain Grimperelle

Écrire commentaire

Commentaires : 0