Recherche embryonnaire : "vous brandissez des arguments tous plus fallacieux les uns que les autres !"

Mercredi 10 juillet, Véronique Massonneau a répondu à Jean Léonetti suite à sa motion de rejet préalable lors de l'examen de la proposition de loi visant à autoriser la rechercher sur les embryons et les cellules souches embryonnaires. La députée a ainsi expliqué pourquoi les écologistes allaient voter contre cette motion de procédure en rappelant le caractère fallacieux des arguments de l'opposition.

lire la suite

La parole est à Mme Véronique Massonneau, pour le groupe écologiste.

 

Mme Véronique Massonneau. Mes chers collègues de l'opposition, je dois au moins vous reconnaître une qualité : votre ténacité. Quand vous avez une idée, aussi infondée soit-elle, vous la suivez coûte que coûte quitte à donner de vous-mêmes une image caricaturale. Car vous brandissez des arguments tous plus fallacieux les uns que les autres.Monsieur Leonetti, quel bel hommage vous nous faites en défendant cette motion de rejet préalable. Mais nous les connaissons tous vos arguments : une prétendue volonté du Gouvernement de faire passer ce texte en catimini…

 

M. Julien Aubert. Il est minuit dix !

 

Mme Véronique Massonneau. Compte tenu des nombreuses retombées médiatiques __ auxquelles votre collègue Gosselin n'est pas étranger __, et de la quantité de courriers reçus, je n'ai pas eu vraiment l'impression que le texte passait secrètement.Autre argument : une prétendue non-application de la loi puisque, selon vous, les états généraux de la bioéthique n'ont pas été organisés. Comme cela est savoureux venant de la part d'un groupe politique ayant inscrit lors d'une précédente niche un texte visant à modifier la législation relative à la fin de vie. J'attends toujours vos fameux états généraux, monsieur Leonetti ! Vous prétendez encore que la dignité de l'embryon humain ne serait pas respectée. Je vous rappelle qu'il s'agit de cellules souches embryonnaires et d'embryons et non de fœtus, tels qu'on peut les voir représentés sur les cartes pétitions que nous avons reçues. Et je me sens obligée d'ajouter que les cellules et embryons concernés sont surnuméraires et destinés à être détruits, puisqu'ils ne sont pas utilisés pour une PMA. Encore une fois, il y a quelque ironie à vous entendre défendre le fruit d'une pratique que vous semblez pourtant condamner particulièrement.Evidemment, vous l'aurez compris, mes chers collègues, les écologistes voteront contre cette motion de procédure.

(Applaudissements sur les bancs des groupes écologiste, SRC, GDR et RRDP.)

Écrire commentaire

Commentaires : 0