"Un an déjà - Bilan de mandat" : une année sur le terrain (3/3)

En ce 17 juin 2013, cela fait désormais un an que Véronique Massonneau a été élue députée de la 4e circonscription de la Vienne en battant Jean-Pierre Abelin. L'occasion de faire un premier bilan d'étape, après une année très riche. Troisème et dernier dossier : retour sur une année de la députée écologiste sur le terrain.

lire la suite


Un député est un élu de la Nation, et non pas un élu local. S'il est élu par un territoire, la circonscription, il représente l'ensemble des citoyens au Parlement. Aussi, il convient de ne pas faire de distinction entre la circonscription et l'Assemblée nationale. Tous les sujets examinés au Parlement sont liés au territoire, et tous les dossiers étudiés en circonscription ont un retentissement à l'Assemblée. Il est donc impossible de tirer un bilan exhaustif d'une année passée en circonscription mais il s'agit, ici, de faire un retour d'une année passée sur le terrain.

Quelle présence sur le terrain ?

Le dialogue : la clé pour faire le lien entre la Vienne et Paris

Ne pas être déconnectée de la réalité du terrain, ne pas se laisser avoir par les "ors de la République", tel est le leitmotiv de Véronique Massonneau. Ne pas oublier qu'au-delà du Parlement, c'est le quotidien d'hommes et de femmes qui est en discussion dans les lois examinées. Ne pas s'enfermer dans une dimension idéologique qui fermerait la porte à une partie de la population.

Voilà les écueils à éviter, voilà la ligne directrice du mandat de Véronique Massonneau. Pour réussir à la tenir, la clé est simple : le dialogue !

 

Cela signifie dialoguer avec des entreprises, des entrepreneurs, des patrons, des salariés, des syndicats pour ce qui concerne la dimension économique.
Cela signifie dialoguer avec les associations, les citoyens pour les sujets plus sociaux et sociétaux.
Cela signifie dialoguer avec le corps médical, avec les Agences Régionales de Santé (ARS), avec les citoyens concernés pour les sujets de santé.

 

Cela signifie surtout de ne pas avoir peur de dialoguer avec des personnes dont sait que leur avis sera divergent. Ne pas opter pour la facilité mais confronter ses idées et s'enrichir des différences. Hélas, cela n'est pas toujours évident et bien compris (lire le billet d'Alain Defaye à ce sujet). Cela implique donc un grand besoin de pédagogie. Vaste chantier auquel s'est attelée la députée écolo ! 

Quels impacts ? Quels retours ?

Au niveau associatif, Véronique Massonneau s'est fixé l'objectif d'une visite hebdomadaire minimum pour rencontrer des associations de la circonscription. Ainsi, durant cette première année de mandat, elle a pu dialoguer avec les 400 coups de Châtellerault, les Hume-Piot du Loudunais, la Fédération des Chasseurs de la Vienne, ou les Voix du Lencloitrais. La liste n'est bien sûr pas exhaustive !

Quel impact ont ces rencontres associatives sur le travail d'une députée ? D'une part, cela permet de recueillir des doléances, de recueillir opinions des habitants de sa circonscription. D'autre part, certaines associations ont des retentissements sur les débats nationaux. Ainsi, l'association JALMALV (Jusqu'à la mort accompagner la vie) et l'ADMD (Association pour le droit de mourir dans la dignité) permettent de converser au niveau local du sujet de la fin de vie ; tout comme Alliance Vita avec qui il a également été possible de discuter du projet de loi sur le mariage pour tous. Le dialogue, toujours le dialogue !

 

Au niveau industriel et des entreprises, comme pour le tissu associatif, Véronique Massonneau se rend chaque semaine à la rencontre d'employeurs et de salariés, de syndicats, de praticiens, etc. Cela lui permet de prendre conscience de la situation réelle de la Vienne et de sa circonscription, de ses problématiques.

Ainsi, elle a pu oeuvrer pour la venue de Marisol Touraine, ministre de la Santé, à Lencloître, dans l'optique de sa lutte contre les déserts médicaux. Elle a rencontré à plusieurs reprises Benoît Hamon, ministre de l'économie sociale et solidaire, et Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, pour leur faire part de la situation du Chatelleraudais et de ses inquiétudes à propos de certaines entreprises qui peinent à survivre face à la crise. S'il est compliqué de quantifier des résultats sur ces sujets, les discussions et les travaux avec les ministres concernés, ainsi que les collectivités, se poursuivent.

 

Au niveau des collectivités, la députée écologiste a également fait le tour régulièrement de tous les cantons qui composent sa circonscription, à la rencontre de maires, de conseillers généraux, d'élus locaux ou d'intercommunalités. Cela permet une nouvelle fois une meilleure connaissance du maillage territorial. Et un recueil des sollicitations qui peut s'avérer bénéfique, comme ce fut le cas pour Christian Moreau, maire de Saint-Jean-de-Sauves, qui avait demandé l'appui de Véronique Massonneau pour intervenir auprès de Sylvia Pinel, ministre de l'Artisanat, afin d'obtenir la subvention FISAC. Après plusieurs interventions, ce fut une victoire (lire ici).

 

Toutes ces rencontres ont également permis une distribution équilibrée et efficace de la 1re réserve parlementaire de Véronique Massonneau, avant les nouvelles règles du jeu pour 2014 (lire l'article).

Retour sur une année en image

Écrire commentaire

Commentaires : 0