Le LGV Poitiers-Limoges ne répond pas aux besoins quotidien des citoyens

La commission du Schéma National des Infrastructures de Transports (SNIT), présidée par Philippe Duron, a récemment confirmé le mauvais classement du projet LGV Poitiers-Limoges (en bas de classement des 70 projets du SNIT). Cela n'a pas empêché le ministre des transports de signer cette semaine l'ouverture de l'enquête publique concernant la LGV Poitiers-Limoges.

lire la suite

Cette décision est absurde et inacceptable. La LGV ne répond pas aux besoins quotidiens de nos concitoyens. Elle accentue les problèmes écologiques et la fracture sociale : aux voyageurs fortunés la très grande vitesse, aux usagers réguliers des réseaux intra et interrégionaux les retards, la vétusté et la très grande lenteur.



 

Pour résoudre les difficultés, réelles et lourdes, des usagers de la ligne Poitiers-Limoges, les écologistes ont toujours défendu la modernisation rapide de l’existant pour répondre aux attentes des voyageurs : ponctualité, fréquence, amplitude horaire. 



 

Notre choix est de promouvoir les liens entre régions, citoyens et usagers et non de favoriser la concurrence exacerbée entre les territoires.



 

La modernisation de la ligne POLT (Paris-Orléans-Limoges-Toulouse) est au cœur de nos engagements afin de favoriser un développement harmonieux des transports pour tous. Malheureusement, l’horizon du POLT a été assombri il y a 10 ans déjà par le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin qui a défendu le projet aberrant de la LGV Poitiers-Limoges. Ce projet serait désastreux pour l’environnement et constituerait un véritable « déménagement du territoire » : Limoges serait reliée à la LGV Paris-Tours-Bordeaux mais le reste du Limousin, ainsi que l’Indre au nord et le Lot au sud, seraient délaissés, car la ligne POLT ne serait plus qu’une ligne «résiduelle ».



 

Pour remédier à cette triste perspective, nous préconisons :
 d'améliorer et renforcer la desserte TER sur la ligne Poitiers-Limoges, tout en la rendant plus efficace en terme de temps de parcours en créant une véritable intermodalité. Les régions Poitou-Charentes et Limousin doivent la construire avec l'ensemble des acteurs de la mobilité et les différentes autorités organisatrices des transports afin d'optimiser la mobilité sur nos territoires. ; d'investir dans la modernisation de la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse, afin de mettre Limoges à 2h20 de Paris (et Châteauroux à 1h30 de Paris) : c’est possible sans LGV !



 

Il est temps d’en finir avec le « tout LGV », qui est une politique du siècle dernier ! 


 

Ni la LGV Poitiers-Limoges (qui coûterait 2,5 milliards d’euros) ni une LGV de 500 kilomètres Paris-Orléans-Clermont-Lyon (au moins 15 milliards d’euros) ne sont des projets de notre époque. 
Pour trois fois moins cher, les écologistes proposent une modernisation conséquente de l’ensemble du réseau « cœur de France » capable de rendre un service ferroviaire plus efficace en maintenant des prix raisonnables pour les voyageurs.

 



Les derniers résultats de la SNCF viennent conforter nos préconisations : ils indiquent clairement la progression de la demande des voyageurs pour des transports de territoires puisque la branche proximités (TER, Transilien, Intercités) enregistre la plus forte hausse d'activité de l'entreprise de voyage à 12,3 milliards d'euros (+ 10,1 %).


Écrire commentaire

Commentaires : 0