Pôle Emploi : La Députée Véronique Massonneau dans la peau d'un conseiller

Véronique Massonneau, Députée de la 4e circonscription de la Vienne, revient sur son immersion dans les coulisses de Pôle emploi, le 10 décembre dernier. 
C’est dans le cadre d’une émission télévisée « J’aimerais vous y voir » de LCP, que la Députée a revêtu l’habit de conseillère à Pôle emploi pour recevoir le public au sein de l’agence de Loudun.

lire la suite

Pourquoi avez-vous choisi une immersion au sein de Pôle emploi ?
Nouvelle députée depuis juin 2012, je ne suis pas une « professionnelle » de la politique. J'étais jusqu'alors en activité professionnelle et j'ai exercé plusieurs métiers : enseignante, vendeuse, conseillère clientèle dans une banque. J'étais également très active comme syndicaliste, pour aider les salarié-e-s dans mon entreprise. Désormais, je suis élue pour représenter les citoyens et les citoyennes. Or, pour un grand nombre d'entre eux, hélas, le chômage est une réalité très concrète et dramatique. En face, nous avons en France un service public de gestion des demandeurs d'emplois, Pôle emploi. Lorsque l'on m'a demandé de choisir un métier – qui devait être un métier que je n'avais jamais exercé – j'ai tout de suite pensé aux personnes qui, au quotidien, gèrent la réalité du chômage et doivent accompagner les gens dans leur recherche d'emploi. Depuis la fusion entre l'ANPE et les ASSEDIC, on a beaucoup entendu parler du manque d'effectifs, des difficultés des agents qui ont dû s'adapter très vite, alors que le chômage n'a cessé d'augmenter. Je voulais donc connaître leur métier, mesurer leurs difficultés et me confronter à celles des personnes en recherche d'emploi.

Qu’avez-vous retenu de votre journée en agence ?
J'avais proposé de réaliser cette immersion dans le nord de ma circonscription, un territoire rural où le chômage est élevé. L'agrandissement constant des exploitations agricoles et l'agriculture intensive ont détruit beaucoup d'emplois. Cela m'intéressait d'aller au contact de cette ruralité bouleversée, qui se cherche un avenir. 
L'agence de Loudun m'a réservé un très bon accueil et j'ai apprécié le sérieux et le dévouement des agents. J'ai pu constater la diversité de leurs métiers et la technicité de certains postes. J'ai vu aussi la complexité des dispositifs d'indemnisation qu'il serait bien de simplifier, à la fois pour faciliter le travail des agents et pour le rendre plus lisible pour les demandeurs d'emploi.
Réaliser un vrai suivi mensuel personnalisé pour tous les demandeurs d'emploi était presque mission impossible. Heureusement, cette règle va être abandonnée au profit de suivis différenciés et plus adaptés à chaque personne.
Avec les entreprises, c'était intéressant d'avoir une idée précise de leurs attentes envers le service public de l'emploi. 
Exemples : les normes des annonces Pôle emploi sont très rigides, alors que les PME cherchent des profils spécifiques, qui ne se résument pas à un métier. J'ai été étonnée d'apprendre que moins de 20% des offres d'emploi passent par Pôle emploi. Mais les chefs d'entreprises rencontrés m'ont paru satisfaits d'avoir des interlocuteurs qui assurent le suivi de leurs offres.

Vous avez contribué à plusieurs projets de loi, quelle jonction faites-vous avec ce que vous avez vécu sur le terrain ? 
Cela m'intéressait de discuter de l'application de certaines lois avec les agents. Je suis membre de la commission des affaires sociales et, à ce titre, j'ai beaucoup participé aux débats sur les emplois d'avenir ; par exemple, les écologistes ont obtenu que ces emplois soient accompagnés d'un volet formation et surtout des moyens qui vont avec. Nous avons également débattu sur les contrats générations. Avec ce que je peux observer sur le terrain, qui ne se limite pas à cette intéressante journée à Pôle emploi, j'enrichis ma réflexion et je reste dans le concret. Enfin, dans chaque projet de loi, je pense qu'il est primordial que l'économie, le social et l'écologie se complètent au lieu de s'opposer. C'est à ce prix que nous pourrons résoudre durablement les crises que nous traversons, tout en préservant l'environnement pour les générations futures.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    BROU TIEMELE Aimé (lundi, 10 juin 2013 17:16)

    Bonjour Madame la Députée,
    Je suis Brou Tiémélé Aimé élu député suppléant en Côte d'Ivoire (Afrique de l'Ouest) dans la circonscription de TIASSALE-MOROKRO. Cette information peut être vérifiée auprès de la CEI.
    J'ai lu avec beaucoup d'attention votre présentation ainsi que celui de votre suppléant. J'avoue que votre parcours m'a impressionné vu que vous participez au rayonnement de l'Etre HUMAINE. C'est à ce titre que je souhaite avoir une relation d'échange avec vous et votre suppléant afin d'envisager des actions à mener pour le Bien-être de mes concitoyens surtout les jeunes et les femmes.
    Cette requête vous est faite au regard de vos actions entreprises.
    J'espère que ma demande ne vous importune pas. Merci et à bientôt de vous lire.