Véronique Massonneau : "Il faudra être vigilants sur les moyens alloués"

Le 18 décembre 2012 avait lieu, en commission des affaires sociales, l'audition de Mme Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion, sur les suites de la Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale.

Véronique Massonneau lui a d'abord signifié son contentement quant aux mesures annoncées avant de pointer du doigt quelques pistes d'améliorations.

lire la suite

Mme Véronique Massonneau. Les mesures annoncées vont dans le bon sens et nous nous en réjouissons. Leur ambition et leur portée restent cependant un sujet d’inquiétude pour nous. En outre, il faudra être très vigilants sur les moyens alloués pour les mettre en œuvre.

Madame la ministre, de nombreuses personnes vivent à la fois dans la précarité et la pauvreté et sont en situation de handicap. Cette population bénéficiera-t-elle de vos mesures ? Préconisez-vous une revalorisation de l’AAH, qui reste insuffisante ? Puisque nous sommes capables de débloquer 20 milliards d’euros pour redonner de la compétitivité à nos entreprises, j’espère que la politique ambitieuse que vous voulez conduire contre la pauvreté bénéficiera d’autant de moyens…

Sur les « Points conseil budget », j’ai longtemps travaillé, quant à moi, dans un réseau bancaire qui proposait une série de conférences intitulées « Finances et pédagogie » en direction des personnes en situation de précarité. C’était une très bonne initiative. Mais à la suite de la réorganisation des banques, le nombre des guichets d’accueil et d’information pour les personnes en situation de surendettement et sous interdit bancaire a malheureusement été réduit de façon très importante. On demande aujourd’hui aux centres communaux d’action sociale de prendre en charge le dossier de ces personnes. De quels moyens supplémentaires les centres disposeront-ils ? Ils travaillent déjà en flux tendus.

Écrire commentaire

Commentaires : 0