Véronique Massonneau en commission sur la PPL Aide Médicale d'Etat

 

Le mardi 02 octobre 2012, la commission des Affaires sociales examinait la proposition de loi relative à l'aide médicale d'Etat (AME) déposée par Christian Jacob et ses collègues UMP.

L'occasion pour Véronique Massonneau de s'opposer à un texte allant une nouvelle fois à l'encontre du principe de solidarité.

lire la suite

Mme Véronique Massonneau. Le groupe écologiste est bien évidemment opposé à cette proposition de loi, d’autant qu’il s’était félicité de l’adoption de l’article 29 de la loi de finances rectificative pour 2012, visant à faciliter l’accès aux soins des bénéficiaires de l’AME en supprimant le droit de timbre de 30 euros. L’objectif de ce dernier n’était pas de créer une nouvelle recette de 5 millions d’euros, comme vous avez voulu le faire croire en l’instaurant à la fin de 2010, mais de bien de réduire le nombre de bénéficiaires.

Votre spécialité est de présenter certaines mesurettes administratives comme des dispositions justifiées par l’exigence de bonne gestion, alors que l’intention qui préside à leur mise en place est tout autre. Cette proposition de loi ne déroge pas à la règle : sous couvert d’encadrer l’AME, le rétablissement du guichet unique, de l’accord préalable et de la franchise n’ont pour but que de rendre plus difficile l’accès à l’aide et dissuader les personnes malades d’y avoir recours. Or les conséquences humaines et sociales seraient très graves : outre la situation personnelle des bénéficiaires, c’est la santé publique qui est en jeu.

L’article 1er de la proposition va à l’encontre des recommandations du rapport de Claude Goasguen – pourtant de votre groupe – et de Christophe Sirugue, rapport qui soulignait l’importance du rôle joué par les associations dans l’accompagnement des demandeurs, en pleine coopération avec les caisses primaires.

L’article 2 aurait pour conséquence de retarder la prise en charge médicale des bénéficiaires.

Quant à l’article 3, en instituant de nouveaux frais, il défavoriserait les plus démunis. L’exposé des motifs parle de « mesure d’équité », mais l’équité ne saurait être recherchée au détriment de la justice sociale.

Un de vos arguments récurrents est que la France est le seul pays à proposer une telle aide. Nous devrions justement en être fiers. L’AME est un dispositif de justice sociale, de solidarité et de santé publique ; elle doit le rester.

Écrire commentaire

Commentaires : 0