L'actualité de votre députée




Opération artisan(e) d'un jour : une matinée dans la peau d'une maçonne !

 

Jeudi 30 mars, 8 heures du matin. Fabien Multon m'accueille au siège de son entreprise aux Ormes. Nous entamons la conversation autour d'un café. Le jeune entrepreneur en maçonnerie dirige aujourd'hui 9 employés et travaille sur de nombreux chantiers. Avec sa collaboratrice et compagne, une représentante de la chambre des métiers, bientôt rejoints par le correspond local de la Nouvelle-République et madame la Maire des Ormes, nous entamons la discussion. J'ai préparé quelques questions. J'aime confronter le travail réalisé ces cinq dernières années à l'Assemblée nationale avec le terrain. Application du compte pénibilité, dumping social, mise en place de la carte professionnelle, statut de la micro-entreprise ou encore rôle de l'apprentissage, en une heure et demie, nombre de sujets sont abordés. J'apprécie la clairvoyance de mon interlocuteur.

 

 

Lire la suite

Une matinée au CFA de Saint-Benoît pour parler d'égalité !

Faible mixité dans certaines filières professionnelles, persistance des écarts de revenus, carrières inégales, manque de parité dans les instances dirigeantes : la lutte contre les inégalités professionnelles est l’un des combats majeurs à mener pour tendre vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.

 

C’est pour parler de cette discrimination professionnelle entre les femmes et les hommes que j’étais le 21 mars dernier au Centre de Formation et d’Apprentissage de Saint Benoît qui organisait alors une semaine de sensibilisation aux discriminations.

Lire la suite

Fin de vie: et si les candidats en parlaient ?

Lire la suite

                                        

Voir tous les articles             


J’ai soutenu le candidat PS Benoit Hamon conformément aux règles du scrutin organisé par le PS. J’ai appelé sans détour à voter Macron au second tour de la présidentielle 2017 le 7 mai prochain. 
Farouche partisane du rassemblement de la gauche et d’une grande primaire, qui devait aller de Jean-Luc Mélenchon à Emmanuel Macron, je me suis engagée pour l’élection présidentielle aux côtés de François de Rugy à la primaire de la Belle Alliance Populaire.
Selon les règles du scrutin organisé par le PS, j’ai ensuite soutenu le vainqueur, Benoît Hamon, durant cette campagne, même si la multiplicité des candidatures de gauche et de progrès nous exposait à un duel droite extrême droite au second tour.
Face aux tentations destructrices du clivage j’ai toujours fait l’effort de rechercher ce qui rassemblait ces candidats, ces trois expressions de la gauche, du progrès et de l’écologie et ce pour servir l’humain…
J’ai à cœur, pour répondre à l’urgence écologique et climatique et à d’autres défis planétaires, de poursuivre le travail sur six points au moins : la régulation de la mondialisation ultralibérale, la dynamisation des territoire, une vraie politique de l’emploi local, une offre innovante d’accompagnement effectif des personnes en situation de handicap,  une politique de santé de proximité, une Loi pour le droit de mourir dans la dignité, et une transition écologique, numérique et économique de nos territoires, et ce pour contrer les effets (ou au moins les  contourner)de  cette mondialisation.
Mais, avant de mener la bataille sur ces questions lors des législatives, où la tentation de désigner chaque candidat responsable de la poussée FN sur notre territoire sera grande et destructrice, je veux œuvrer pour ces priorités avec une volonté de rassemblement. Il faut bien mesurer aujourd’hui que l’élection présidentielle est loin d’être jouée et qu’un accident démocratique reste possible.
Les électeurs ont placé Emmanuel Macron au premier tour pour faire face à Marine Le Pen et à la xénophobie.
Prenons garde aux projets xénophobes et populistes de Madame Le Pen. Nous le savons, au pouvoir, le Front national ne fera que semer le vent de la discorde.
La question de la sortie de l’Europe constitue un grand danger quand Madame Le Pen cherche à rallier les partisans des Insoumis sur ce thème. 
Loin de constituer un miracle, cette sortie de l’Europe, avec l’inflation qui suivrait, ruinerait les plus modestes.  
Il faut rester lucide pour ne pas se laisser embarquer vers ces horizons incertains. C’est pourquoi, le dimanche 7 mai, nous devons faire barrage au Front national en allant voter massivement pour Emmanuel Macron.