L'actualité de votre députée




J'interroge la ministre de l'écologie Ségolène Royal sur l'avenir du dispositif chèque-énergie !

Lire la suite

Communiqué des députés socialistes et écologistes réformistes

Élus au lendemain de l'élection de François Hollande, dans une majorité rassemblant socialistes, écologistes et radicaux de gauche, nous agissons depuis 2012 au sein de groupes parlementaires distincts.

 

Depuis lors, une dérive sectaire a saisi EELV, concrétisée par le départ brutal et unilatéral du gouvernement. Une partie des députés du groupe écologiste a décidé aujourd'hui de priver l'écologie réformiste d'une représentation politique institutionnelle en remettant en cause la pluralité qui fondait l'existence d'un groupe écologiste autonome.

 

Pourtant, chacun de nous a conscience de la nécessité impérieuse d'engager un rassemblement des forces de progrès face au danger de la montée de l'extrême droite.

 

Entretenir et cultiver les divisions de la gauche serait plus qu'une erreur : ce serait une faute, une impasse.

 

Ces constats nous conduisent aujourd'hui à faire œuvre de clarification et de rassemblement.

 

Les députés écologistes réformistes forment désormais au sein d’un groupe socialiste, écologiste et républicain une composante constituée, libre de ses positions, qui inscrit clairement son action dans le cadre de la majorité. L'animation politique des écologistes réformistes est assurée par Véronique Massonneau, députée de la Vienne, qui devient Vice-présidente de ce groupe.

 

Au sein de ce groupe parlementaire renouvelé, les députés écologistes réformistes conservent leur totale liberté d'expression, d'amendement des textes et de vote.

 

Déterminés à contribuer à l'indispensable rassemblement des forces de progrès lors des prochains scrutins, nous entendons agir jusqu'au dernier instant de cette législature.

 

Notre nouveau groupe entend contribuer, dans le dialogue et le respect de l'identité politique de chacun, à la poursuite des réformes indispensables à notre pays et à la prise en compte des défis sociaux, économiques et écologiques que la France relève.

Lutte contre l'homophobie : J'interroge le Ministre de la justice

Aujourd'hui se déroule la journée mondiale contre l'homophobie.

Je voudrais vous interroger sur un phénomène qui nous concerne, ici, comme il contribue à répandre la haine au-delà des frontières.  

Je veux parler de l'absence de régulation effective de certains réseaux sociaux, sur lesquels des messages dégradants, des appels à la violence et au meurtre, sont diffusés sans réaction efficace des gestionnaires.

Il s'agit là d'un des vecteurs principaux de la parole homophobe, mais pas seulement : racisme, antisémitisme, sexisme y trouvent un canal de diffusion trop souvent complaisant.  

Des associations ont d’ailleurs récemment saisi la justice pour rappeler les gestionnaires de sites à leurs responsabilités.

Mais cela sera-t-il suffisant ?  

Quand plus des trois quarts des signalements sur Twitter sont sans suite, quand des messages insupportables et contraires à nos lois et à toute valeur humaniste sont considérés par Facebook comme "non contraires à leur politique de modération", quand des montages dégradants de femmes politiques signalés à Twitter se voient juste requalifiés en "images risquant de heurter", mais demeurent accessibles, comment est-il possible de prétendre lutter contre homophobie, racisme et sexisme avec efficacité ?

Pouvez-vous donc non seulement nous rappeler les dispositifs nationaux existants pour poursuivre les auteurs de ces messages sur les réseaux sociaux, mais également nous indiquer quelles initiatives sont prises ou seront prises pour rappeler les gestionnaires, quelle que soit la protection que leur apporte leur domiciliation à l'étranger, à leurs responsabilités ?

La liberté indéniable apportée par les réseaux sociaux, par ailleurs source de profits pour leurs propriétaires, serait un leurre si elle ne s’accompagnait pas de la responsabilité des gestionnaires face à la diffusion sans discernement d’incitations à la haine et à la violence.

Retrouvez mon intervention en vidéo ci-dessous

Lire la suite

                                        

Voir tous les articles